Histoire

Le Grau-du-Roi

Sharing is caring!

L’histoire de la ville est assez récente.
À la fin du XVIe siècle, un torrent de la rivière Rhône a ouvert une brèche (appelée Grau) dans la barrière côtière. Ce canal a été appelé « Grau Henri » puis « Grau du roi » après le roi Henri IV l’a renforcée en ayant deux brise-lames en pierre construits pour le protéger de l’envasement. Au XVIIIe siècle, un chenal a été ouvert, menant de cette seule porte maritime dans le département du Gard à Aigues-mortes. La ville de Grau du roi s’est développée autour de ce canal. Les immigrés italiens se sont installés ici au 19ème siècle et l’activité principale est devenue pêche.

Depuis, la ville s’est élevée au rang de deuxième plus grand port de pêche français sur la Méditerranée. Dans le vieux port, vous pouvez encore tremper dans le charme des chalutiers soufflant en passant par le pont de Swing, le marché aux poissons et les quais jonché de filets et bordé par des restaurants avec des façades pittoresques.
À la fin du XIXe siècle, le tourisme a commencé à se développer. L’arrivée du chemin de fer, le penchant grandissant pour le bain de mer et le temps de vacances payé fait pour la fortune de Grau du roi.
La Villa Parris, près du vieux phare, est un bel exemple de construction de la belle époque. La maison du Dauphin (maison du Dauphin) est également très typique. Et les façades des bâtiments le long du quai ont également les éléments attrayants de l’architecture de cette période, même si leur construction signifiait la démolition du 18ème siècle redoute (tour de guet).
La construction de la Port-Camargue, retirée de la mer entre 1967 et 1985, a donné à Grau du roi une marina qui est aujourd’hui la plus importante en Europe. Le port ressemble à un récif monumental de quais à partir de laquelle pousse une masse de labyrinthe-comme des magasins et des appartements de luxe, tous avec leurs propres couchettes d’amarrage.
La ville pourrait aussi s’appeler Aqua du roi. Elle est entièrement entourée d’eau: la mer Méditerranée, bien sûr, avec ses quatre grandes plages et le point Espiguette sauvage et préservé, la rivière Vidourle et tout un fatras de lacs, de chenaux, d’étangs salés et de marais. N’oubliez pas, nous sommes en Camargue!
Si les petites plages de la ville elle-même sont trop encombrées, aller à la pointe d’Espiguette avec ses zones naturelles, sauvages et ses kilomètres de plages qui lui donnent un air désertique. Un sentier cyclable de 5 kilomètres le relie au centre ville de Grau du roi. À l’autre bout du parking, après une promenade de quelques centaines de mètres, vous arrivez à la plage nudiste. Espiguette est également un endroit idéal pour le kite surf.
Un phare y a été construit en 1869. Initialement situé à 150 mètres de la mer, il est maintenant à 700 mètres à l’intérieur des terres en raison des sables laissés par les courants.
Et si vous vous ennuyez avec le soleil, les plages ou la musique en direct dans la ville tous les mardis, jeudis et samedis en été, allez au Palais de la mer avec son petit musée maritime et le Seaquarium.
Sa maison de 2400 m² abrite plus de 2000 poissons méditerranéens et tropicaux, une impressionnante collection de requins ainsi que des phoques et des otaries.
Également à apprécier: le festival annuel en septembre avec la course des taureaux, cours camarguaise et musique gitane. L’occasion de danser, de manger et de boire!
Si vous voulez des vieilles pierres et de l’histoire, la ville médiévale d’Aigues-mortes est à seulement 7 kilomètres et vous pouvez même y arriver sur un vélo en suivant le canal maritime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *